Nature & Paysage 2016

Affiche A3 avec logos petite

L’ARBRE

Biennale Nature & Paysage
Vendredi 18 et samedi 19 Mars 2016
Blois

 


Retrouvez tous les ARTICLES et toutes les VIDÉOS des interventions de la biennale NATURE & PAYSAGE 2016 en cliquant sur les liens.


CONFÉRENCES :

Les arbres champêtres dans le périmètre Unesco (exemples du Maine-et-Loire)

de David Montembault, responsable de l’unité pédagogique paysage – Agrocampus Ouest Angers. Les arbres des champs ou « hors forêt » ont toujours joué un rôle essentiel dans les paysages agraires, offrant de multiples services aux sociétés rurales. De ce fait, la gestion et la plantation de ces arbres ont toujours été très réglementées. À partir de quelques arbres emblématiques du Val de Loire (frênes, noyers, amandiers, peupliers), nous essaierons de montrer la nécessité de mieux connaître l’histoire singulière de chacun d’eux afin de leur garantir une nouvelle place dans les paysages contemporains.

L’arbre, un modèle pour le futur

de Ernst Zurcher, professeur et chercheur en sciences du bois Dans de nombreuses cultures dites primitives, les arbres étaient considérés comme constituant avec les hommes une forme de communauté de destin. Dans la mesure où progressent les connaissances scientifiques à leur sujet, nous découvrons qu’ils basent leur développement et leurs structures sur des principes et des processus pouvant nous inspirer dans notre recherche d’un mode de fonctionnement durable. Le potentiel de contribution positive des arbres dans le contexte du réchauffement climatique et des bouleversements démographiques se révèle alors comme étant largement sous-estimé.

Du bon usage des arbres

de Francis Hallé, botaniste et biologiste Un petit cours sur l’arbre, sa gestion, sa culture, son rôle dans la ville, afin qu’il ne soit pas menacé par l’incompétence, le souci de rentabilité, le principe de précaution, le mépris de tout ce qui vit, quand ce n’est pas tout cela à la fois. Plaidoyer pour l’arbre des rues et des parcs.

De l’art du charpentier à l’art de l’ingénieur

de Stéphane Berthier, architecte, enseignant à l’Ensa de Versailles. La conférence portera sur l’évolution des constructions en bois au cours du XXe siècle avec l’émergence des sciences de l’ingénieur et des outils de production industriels. Nous montrerons comment le bois est devenu au tournant des années 1960 un matériau moderne capable de rivaliser
avec l’acier et le béton armé et s’est construit un registre architectural original et innovant.

Grands témoins

Christian Gimonet et Roland Schweitzer sont membres de l’Académie d’Architecture.
Pierre Lajus a reçu en 2015 la médaille d’honneur de cette prestigieuse institution. Tous les trois sont les grands précurseurs de la filière bois. L’objectif de cette séquence de témoignages est de faire redécouvrir de manière inédite les enjeux constructifs, architecturaux, écologiques et économiques de l’histoire de l’architecture en bois depuis les années 1970 et 1980.

TABLES RONDES :

Les alignements d’arbres, un patrimoine à protéger ?

Modérateur : Rose Wolman, directeur de l’aménagement rural et de l’environnement au Conseil départemental de Loir-et-Cher.

Avec : Caroline Mollie, architecte paysagiste ; Chantal Pradines, expert auprès du Conseil de l’Europe ; Gilles Grisard, chargé d’études en écologie et SIG au Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l’Environnement. Difficile de dissocier l’arbre de la route, du boulevard, du mail, tant il constitue un élément essentiel du patrimoine. En dépassant la simple icône, les intervenants évoqueront, à travers leurs propres recherches et pratiques, le rôle des arbres organisés en allées, alignés, en bordure de route ou le long des boulevards, mais également les risques auxquels ils sont confrontés.

Sensibiliser et accompagner

Modérateur : Gilles Clément, président de la communauté de communes du Grand Chambord.
Avec : Jacques Liagre, chef du département juridique de l’Office national des forêts ; Geneviève Gaillard, ancienne maire de Niort, députée des Deux-Sèvres ; Augustin Bonnardot, arboriste conseil au CAUE 77 ; Matthieu Lemouzy, botaniste, technicien conseil.
Un simple slogan ne suffit pas, il est nécessaire que les collectivités portent une politique de connaissance, de protection et de valorisation de l’arbre. La table ronde permettra, en partant d’un état des lieux de la législation sur l’arbre (l’arbre, la loi et le juge), d’évoquer les moyens, les outils et les compétences mobilisables mais également les manifestations qui permettent de relayer auprès du grand public la valeur fondamentale des arbres.

La charte de l’arbre

Modérateur : Nathalie Bernard, directrice des parcs et jardins de la ville de Blois.
Avec : Frédéric Ségur, responsable du pôle arbre au Grand Lyon ; Marc Bréhat , directeur des espaces verts de la Baule ; Roland-Marie Marceron, président de l’ARF Centre ; Thibaut Anthony, responsable hypervision agence départementale 41 ; Thibaut Gérard, chef de projet cabinet Coudert pour ERDF.
Plusieurs collectivités, à différentes échelles, se sont lancées dans la formalisation d’une stratégie en faveur des arbres, dans une optique de gestion à long terme. Quel retour d’expérience peut-on en faire ? Quels sont les différents axes de travail que peut  développer une collectivité ? Comment définir les bonnes pratiques liées à l’entretien des réseaux électriques ?

Représenter le sujet

Modérateur : Marie-Haude Caraës, directrice de l’École supérieure des beaux arts TALM-Tours.
Avec : Alain Ceccaroli, photographe ; Paul De Pignol, artiste, enseignant à l’École de la nature et du paysage, Insa Centre-Val de Loire ; Fabien Mérelle, artiste ; Vincent Voillat, artiste, enseignant à l’école supérieure des beaux-arts de Tours- Angers-Le Mans.
L’arbre est un thème inépuisable pour les artistes : un sujet regardé et réinterprété par les arts visuels ou dépecé pour être sculpté ou redessiné pour trôner dans l’espace urbain ; un sujet aussi investi pour sa force symbolique, métaphore de l’activité créative ou funeste de l’homme.

Gérer le patrimoine arboré

Modérateur : Christian Mary, ingénieur général du Gref.

Avec : Jean d’Haussonville, directeur général du domaine national de Chambord ; Jean-Sébastien Laumond, ingénieur agronome et chargé de mission paysage et environnement à la communauté de communes de la vallée de la Bruche ; Philippe Guettard, responsable de l’unité territoriale de Loir-et-Cher à l’Office National des Forêts.
La gestion du patrimoine arboré constitue le point commun entre un parc naturel, une forêt périurbaine et un domaine national. Pourtant, les enjeux diffèrent et imposent de penser les modes de gestion dans le temps, en intégrant la transformation des sites au regard des objectifs, des usages et des fonctions et en élaborant des plans de gestion comme autant de socles garantissant la bonne transmission du patrimoine arboré.

Initiatives locales pour un projet global

Modérateur : Marc Fesneau, président de la communauté de communes Beauce Val de Loire.
Avec : Dominique Mansion, artiste plasticien ; Pierre Aucante, journaliste et photographe ; Yves Bachevillier, chargé de mission agroforesterie à la Chambre d’agriculture de Loir-et-Cher ; Jac Boutaud, propriétaire et gestionnaire de l’Arboretum pédagogique de la Petite Loiterie (Indre-et-Loire) ; Roger Breton, auteur, ancien président de la société d’horticulture de Loir-et-Cher.
De nombreux acteurs contribuent à animer le territoire local en construisant un champ de compétences autour de l’arbre. Ces initiatives trouvent souvent un écho national et font du territoire un espace de référence en matière de connaissance et d’initiatives en faveur des ligneux. La table ronde permettra d’évoquer l’histoire de ces acteurs, leurs parcours et de dresser un bilan en même temps que des perspectives d’avenir.

Habiter le bois

Modérateur : Elke Mittmann, directrice de la Maison de l’architecture du Centre et maître assistante à l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg.
Avec : Adelgund Witte, architecte IESSC ; Hiroshi Naruse, architecte fondateur de l’atelier Kaba ; Claude Valentin, architecte, atelier d’architecture HAHA, enseignant à l’Ensa de Nancy.
Trois démarches qui dépassent la simple utilisation du bois comme matériau de construction et qui interrogent le rôle de l’architecte, son inscription dans un cycle « naturel » autour des notions de construction, d’espace et de nature, l’utilisation de la ressource, sa transformation et l’ensemble des acteurs d’une architecture en étroite relation avec son environnement.

EXPOSITIONS :

Herbier Arbres feuillus d’Europe

d’Emilie Vast, illustratrice, auteure et plasticienne À la fois petit traité de botanique et livre d’images, cet herbier met en regard la branche de l’arbre munie de ses feuilles, fleurs et fruits, avec la découpe très épurée de la feuille. Le texte présenté avec les planches  botaniques mélange informations scientifiques et éléments mythologiques.

L’arbre voyageur

de Dominique Mansion, artiste plasticien En s’invitant sur les enveloppes, les trognes font un voyage au terme duquel le correspondant conserve le plus souvent sa missive. Depuis une dizaine d’années, des centaines de personnes ont reçu ces courriers spéciaux, uniques et datés, leur trace porte l’idée d’un retour avec témoignages, dessins, photos…, pour une
exposition, des échanges, une prise de conscience. Les trognes s’effacent des paysages, bien peu le savent et s’en soucient. Avec internet, la correspondance écrite se fait rare. Avec le voyage postal, les trognes s’enracinent autrement pour n’être pas oubliées. Scannées, les enveloppes prennent aussi la voie d’internet, plus besoin d’adresse et de timbre !

Le Genévrier thurifère

d’Alain Ceccaroli, photographe. Alain Ceccaroli ne se lasse pas des paysages méditerranéens. Les photographies de Genévriers thurifères des Hautes-Alpes augurent d’une nouvelle approche du paysage et de nouvelles thématiques. Elles relaient la prégnance du temps sur ces arbres, confèrent à chacun une énergie et un caractère particuliers, invitent à une observation prolongée. Au-delà du visible c’est un ressenti qui est transmis…

Châtaigniers de Sologne

de Pierre Aucante, photographe et auteur. Ma châtaigneraie solognote est le vestige d’un paysage ordonné, voulu par des paysans des siècles passés. Ses troncs pluricentenaires me parlent de l’arbre à pain et des famines du règne de Louis XIV. Elle est aussi un chaos de trognes mutilées par les tempêtes, un verger abandonné il y a plus d’un siècle, englouti par le taillis qu’elle a semé. Chaque hiver on croit les arbres morts, tard dans le printemps ils reverdissent, chaque été la puissante odeur des fleurs sature l’atmosphère, et à l’automne le miracle des châtaignes se réédite.

L’arborescence comme organisation du monde

Par les étudiants de l’École de la nature et du paysage, Insa Centre-Val de Loire, de l’École des beaux-arts TALM-Tours, et de l’École supérieure d’art de l’agglomération d’Annecy.
Comment penser le monde ? Comment le philosophe, qui veut sonder la pensée, organise-t-il la sienne ? Mille représentations ont utilisé la structure arborescente pour classer le monde, pour mettre en ordre une pensée, pour produire du savoir et de la connaissance, jusqu’au design d’information et à la data visualisation. L’enjeu de cette exposition est de montrer à voir et à admirer les complexes et passionnantes représentations de l’arbre qui ont servi et servent encore à ordonner et à comprendre le monde.

L’arbre, la forêt

Commissariat : les étudiants de l’École supérieure des beaux arts TALM-Tours accompagnés de leur professeur, Vincent Voillat
Être vivant singulier ou partie d’un ensemble plus vaste qu’est la forêt, la vie de l’arbre reste mal connue. Pourtant l’arbre et la forêt, porteurs de symboles et de légendes immémoriales, ouvrent des territoires infinis à l’imaginaire et la réflexion. En s’appuyant sur une pensée globale relative notamment à la question écologique, les étudiants de l’école présenteront chacun une œuvre qui trouve son origine dans l’expérience sensible de son auteur. L’objet de l’exposition oblige à repenser la relation de l’œuvre à l’espace et à celle du regardeur.