DRESDE, SITE UNESCO, inscrit puis déclassé : deux visions du paysage

Denis BOCQUET, Historien, chercheur, ENPC_LATTS (École nationale des Ponts et Chaussées – Laboratoire Techniques, territoires, société)

Dresde, ville de cours marquée par ses châteaux et ses églises articulés autour d’un fleuve, l’Elbe, offre un paysage proche de celui du Val de Loire. Rasé en quasi-totalité en 1945, elle a fait l’objet d’une vaste reconstruction étalée sur plus de 50 ans. Plusieurs styles sont convoqués, illustrant l’évolution de l’idéologie politique de la reconstruction. Porté par un mouvement écologiste opposé aux projets de transformation des berges de l’Elbe, le classement UNESCO de la ville a participé de l’instrumentation politique et n’a pas su intégrer l’ensemble des facteurs sociaux prévalant au processus de reconstruction. Classée à l’origine en tant que site naturel, la ville a été exclue du classement lors de la construction d’un pont, mettant en exergue la trop grande dichotomie entre la l’aspect visuel et un investissement civique qui n’a pas été intégré dans la réflexion sur le paysage.